Appel à libérer les journalistes en Turquie

Les syndicats français de journalistes (SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, membres de la FIJ, 600.000 membres dans 140 pays) se félicitent de la libération mercredi du journaliste turc Mehmet Altan, condamné à la réclusion à vie dans le cadre de la tentative de putsch du 15 juillet 2016.

Notre confrère, âgé de 65 ans a quitté la prison de Silivri – près d’Istanbul – après 21 mois de détention. Il reste cependant interdit de quitter le territoire, sa condamnation à la réclusion perpétuelle n’ayant pas été levée.

Mehmet Altan avait été condamné à la prison à vie avec son frère Ahmet, écrivain et une journaliste Nazli Ilicak. Ahmet Altan et Nazli Ilicak n’ont pas été libérés sur décision du tribunal d’Istanbul.

Trois jours après la réélection de Recep Tayyip Erdogan, les syndicats français appellent les autorités françaises, l’Union européenne, la communauté internationale à élever la voix, à ne plus laisser faire pour qu’enfin soient rendus à la liberté nos quelque 150 journalistes qui croupissent sans motif dans les geôles du régime. Embastillés pour le seul motif : être journalistes et oser un œil critique sur le régime liberticide du « sultan » Erdogan.

Il y a urgence à cesser de fermer les yeux sur ce qui se passe en Turquie:

Il y a urgence à mettre fin :

– à l’état d’urgence,

– à rétablir la liberté de la presse et le pluralisme,

– à rouvrir les centaines de médias fermés par le pouvoir,

– à cesser d’imposer une censure d’un autre temps,

– à mettre fin à une justice aux ordres.

 

Pour notre part avec la Fédération internationales des journalistes, nous n’aurons de cesse d’apporter notre solidarité à nos confrères turcs et kurdes et à leurs organisations syndicales menacées par le régime de l’AKP.

CFDT-Journalistes, SNJ, SNJ-CGT

Paris le 28 juin 2018

Publié le : 
Vendredi, 29 Juin, 2018
Rubrique: