Motion de défiance à Publihebdos (Groupe d'Hebdomadaires de l'Ouest)

 

En réponse à un projet de restructuration devant se solder par un accroissement de la charge de travail et une baisse de l'offre rédactionnelle, les journalistes de la Gazette du Val-d'Oise et de l'Echo, le Régional, ont voté à la majorité, une motion de défiance, à l’encontre de la direction du groupe Publihebdos. La situation de cette rédaction est suivie de près par les élus CFDT au CE et au CHS-CT, et a été à l'ordre du jour des deux dernières séances du Comité d'entreprise, sans que la direction ne revienne sur son projet.

Voici le texte de cette motion :

"A travers cette motion, les salariés signifient leur exaspération et leur refus d’adhérer à la nouvelle organisation voulue par le groupe Publihebdos sur le site de Pontoise. Le jeudi 12 décembre, Philippe Rifflet, le président délégué de Publihebdos, a annoncé la fusion prochaine des rédactions valdoisiennes. Ce regroupement a pour conséquence inacceptable la suppression de trois postes de journalistes. Une coupe sombre dans les effectifs que la direction justifie par la chute des rentrées publicitaires et la baisse de la diffusion, alors que Publihebdos continue d’engranger des bénéfices. Coupe sombre qui ne fait qu'accentuer la démotivation des rédactions et qui, de plus, intervient à deux mois des élections municipales, période cruciale pour nos journaux. Le 9 janvier, Olivier Bassine, le nouvel éditeur de la zone Val-d’Oise a dévoilé le projet de réorganisation du futur pôle rédactionnel. Au nom de la sacro-sainte mutualisation des moyens, cette proposition irresponsable envisage d'accroître la charge de travail des salariés. Notamment en obligeant les journalistes des titres payants à travailler pour les rubriques du gratuit. Cette mesure est illégale et démontre, une fois de plus, le mépris du groupe Publihebdos envers ses rédactions. Profondément attachés à leurs titres, les journalistes de la Gazette et de l‘Echo, le Régional : - refusent de travailler pour le titre gratuit Côté Val-d'Oise, - demandent à la direction de Publihebdos de renoncer à son projet de réorganisation et de mutualisation forcée, - exigent le maintien des trois postes de journalistes pour assurer correctement la couverture du département, - réclament, au plus vite, l’embauche d’un(e) commercial(e) supplémentaire.

En votant la défiance, les salariés de la Gazette du Val-d’Oise et de l’Echo, le Régional entendent donner un premier avertissement à la direction du groupe Publihebdos. Si celle-ci persiste dans son attitude méprisante, les journalistes du Val-d'Oise – paraphrasant leur nouvel éditeur – en tireront toutes les conséquences." Inscrits : 9 Pour : 6 Contre : 0 Abstention : 3.